mardi 14 février 2017

(et bonne Saint-Machin)

La langue, en nous interdisant en toute logique l’impératif au verbe pouvoir et en nous l’autorisant pour le verbe aimer, accuse discrètement mais joliment notre inconsistance.

Elise et Lise attendent votre déclaration d'amour vendredi à Carcassonne ou jeudi 23 à Paris, les précisions sont juste à droite.

vendredi 10 février 2017

une histoire d'amour

Le mâle place sa semence dans l'orifice de respiration de la femelle puis il meurt.

La femelle nettoie les œufs, les aère et les protège jusqu'à leur éclosion, pendant 150 jours, sans se nourrir, puis elle meurt.  

jeudi 9 février 2017

faire ce qui suit avec ce qui précède

A chaque fois que j'ai essayé de me plagier, j'ai raté mon coup. Ce doit être pour ça que je fais en sorte de ne pas me reconnaître – pour me rendre compte ensuite que c'est là la condition nécessaire à ma reconnaissance.

samedi 4 février 2017

La preuve que l'homme n'est pas si égoïste

La preuve que l'homme n'est pas si égoïste, c'est que les événements les plus importants de la vie, la naissance et la mort, il ne s'en souvient que pour autrui.

lundi 30 janvier 2017

L'âme viendrait.

« Quand s'accroît de tout ce d'isthme en isthme dont l'analphabétisme s'est étréci, comme deux vases communicants. Le roman cent fois plus désuet que la poésie, les poètes s'y engouffrent, se disputent les lecteurs réchappés. »

« Je me suis ameubli. Des fibres humaines ont pris rhizome et quand je tire ne lâchent pas. L'âme viendrait. »

« Des cris coupé le son. Lectures montées aux yeux. »

Christophe Stolowicki, Rhizome, Passages d'encres, 2016.

Afficher l'image d'origine

dimanche 29 janvier 2017

méthode quoi

Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.
Je suis moi.

samedi 28 janvier 2017

Réjouissons-nous.

Réjouissons-nous que cette épouvantable aubergine toute fripée et blanche de moisissure soit aussi cet appétissant saucisson de Savoie.

mercredi 25 janvier 2017

du kaki sur la langue

On doit choisir des fruits jeunes. Puis décoller d'un couteau le haut en préservant la tige d'où on les laissera pendre. La peau s'ôte pour laisser la chair à nu.

On suspend chaque fruit dehors, sous l'avant-toit de la mansarde, l'un après l'autre. On attend une semaine avant la première caresse : puis un à un masse-t-on ces pâles nourrissons, non en profondeur, mais en toute patience, comme pour ne pas les surprendre dans leur sommeil.

Une nuit passe et un jour avant le deuxième massage. On masse et masse le fruit de long en large, de façon à conserver aux hoshigaki des contours en cœur.

Une nuit et un jour passent, et la caresse recommence : et au fur et à mesure que le fruit dort et sèche, il fonce vers des noirs-marron où, de ci en là, des tons oranges percent comme vivantes des lueurs dedans.

Et puis, remontant à la surface, les sucres, à la crête des rides se creusant de plus en plus, aux confins de ces cœurs suspendus assidûment massés, les sucres ressortent en givres ou légères neiges sur les hauteurs autour des rides.


Alexander Dickow, Rhapsodie curieuse (diospyros kaki), éditions Louise Bottu, 2017, p. 42.



Voilà, j'ai terminé hier la lecture de Rhapsodie curieuse d'Alexander Dickow, écrite dans cette langue délicieuse et légèrement étrange qu'en toute conscience il fait sienne de la nôtre, et je dirais volontiers que je me suis régalé s'il ne restait désormais sur la mienne la persistance du goût imaginaire d'un kaki, japonais de préférence – et avec ce manque l'assurance qu'il me reste tant de choses à savourer ; on n'est pas là d'être rassasié de fruits, de vie et de poésie.

lundi 23 janvier 2017

Les primaires : un officieux vote contre

L'autre fois je parlais de l'officialisation d'un vote contre, rappelez-vous. Un avant-premier tour contre, avant un vrai premier tour pour. On va bien y venir : on y est déjà officieusement. Les primaires, c'est bien à ça que sert : à éliminer Sarkozy, à éliminer Valls. A quoi d'autre, franchement ? Là où on a un peu de peine pour eux, c'est quand on pense qu'il n'y a pas de primaires au FN – ouvertes à tous évidemment. Je suis bien certain que Germain Pilchard (qu'il me pardonne s'il existe) que les opposants à l'extrême-droite auraient choisi comme pied de biche, aurait sans la moindre difficulté battu la Marine prétendument nationale – et le FN pourrait quand même se targuer d'avoir un taux de participation à ses primaires qui ridiculiserait les autres partis. Tout le monde serait content, quoi.
Afficher l'image d'origine

dimanche 22 janvier 2017

art arbre brut ut

L'arbre ut
n'est qu'un arbre
alors il ne connaît pas les arts
et même de la musique
du vent dans ses branches
il ne connaît qu'une seule note
mais quand même

il en a la clé.