Notes sur les noms de la nature (éditions des Grands Champs)



Notes sur les noms de la nature, éditions des Grands Champs, 2017, illustrations par Florence Lelièvre.

  • Article de Françoise Dumas dans la revue La Garance voyageuse, n°121


  • Article de Jacques Josse, sur Remue.net
La nature a, on le sait, une imagination sans limites et l’homme, qui entend tout nommer, est rarement en reste. Il n’a pas inventé le bulbul des jardins (qui est un passereau), le noctilion pêcheur (une chauve-souris), le marasme des Oréades (un champignon), le couscous (pas le plat, le marsupial), le clitopile petite prune ou la bulgarie salissante (ce sont également des champignons) mais il leur a tout de même trouvé un nom en leur accordant, au passage, un beau surplus de poésie naturelle. C’est celle-ci que décrypte Philippe Annocque dans ce petit livre ludique et très documenté. Il y donne libre cours à son esprit curieux. Certaines contradictions ou anomalies entre le nom de telle ou telle créature et leur façon d’être et de perdurer ne manquent pas de l’étonner.
  • L'avis de la librairie A la page, à Vichy :

Puis, précipitez-vous sur les Notes sur les mots de la nature qui viennent de paraître aux Editions des Grands champs. Leur auteur se nomme Philippe Annocque. Cet homme a beaucoup à nous apprendre sur la nature. Sur la poésie naturelle. Sur l'imagination de la nature. 

Qu'est-ce que la poésie, sinon un regard porté sur le monde, un choix de mots qui en disent plus long qu'eux-mêmes ?


Digressant à petites touches sur la taxinomie des plantes et des animaux, dont il semble être un amateur éclairé, Philippe Annocque joue des images trompeuses suscitées par le nom scientifique ou d’usage pour susciter des réflexions amusées sur ce que sont ou ne sont pas les plantes et les animaux que nous croyons connaître.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire